Les Etats-Unis et la Chine proche d'un arrangement pour sauver Huawei - Mon Favoris

Les Etats-Unis et la Chine proche d’un arrangement pour sauver Huawei

Lors d’un sommet économique à Bangkok, le secrétaire américain au commerce a déclaré que le conflit opposant les États-Unis à la Chine pourrait prendre fin. Malgré que les pays sont encore en désaccords sur certains centre d’intérêts, les entreprises américaines sont tout proche de retravailler avec Huawei. 

 

Une des raisons de ce conflit

Depuis que Donald Trump est à la tête du gouvernement américain, il se montre particulièrement tenace dans ses relations envers la Chine. Suivant la doctrine du « America First », le président américain multiplie les critiques envers son rival. Quitte à prendre des mesures que nul n’aurait pensé imaginer il y a quelques années, comme une importante politique de taxation. L’inscription de Huawei sur liste noire ainsi que d’une trentaine de nouvelles entreprises chinoises a, depuis, grandement contribué à l’accentuation des tensions sino-américaines.

Malgré les paroles très sévères de Donald Trump envers la Chine, les représentants des États-Unis négocient activement avec leurs homologues de l’Empire du Milieu. À Bangkok, lors d’un sommet international qui s’est tenu le 4 novembre, le premier ministre chinois Li Keqiang et des représentants américains ont pu s’entretenir sur le sujet.

Huawei serait bientôt tiré d’affaire ?

Depuis le mois de mai dernier, les entreprises américaines ont l’interdiction formelle de travailler avec Huawei ce qui est connu de tous. Il est donc formellement interdit pour l’entreprise chinoise d’avoir de nouvelles licences Android, d’installer les services Google sur ses appareils et surtout d’utiliser des technologies américaines. Ce qui représente un relle blocus lorsque on est la deuxième entreprise de vente de Smartphone au mond. Huawei a avoué d’ailleurs il y a quelques jours que son système d’exploitation Harmony OS n’était pas une bonne alternative pour les smartphones.

Dans une interview à Bloomberg, le secrétaire américain au commerce Wilbur Ross a déclaré que des licences seront accordées aux entreprises américaines qui souhaitent travailler avec Huawei « très prochainement ». L’entreprise chinoise n’a donc plus qu’à espérer que cette promesse soit tenue puisque sa licence temporaire doit expirer le 19 novembre de quoi les mettre sur grosse période de stress. Passé cette date et sans accord avec les États-Unis, son avenir occidental sera fortement menacé à voir on notera même une extinction de la marque à l’étranger.

Rappelons que malgré les propos optimistes de Wilbur Ross, Huawei n’est pas encore tiré d’affaire. Dans le passé, le président américain lui-même avait déjà annoncé la signature de licences pour les entreprises américaines qui veulent travailler avec Huawei. Une promesse qui n’a pas été tenue.

Donald Trump veut que Xi Jinping se déplace

Si les États-Unis se disent satisfaits des échanges avec la Chine, Wilbur Ross a tout de même indiqué qu’un accord n’était pas encore imminent. Pour poursuivre les discussions, la Chine demande aux États-Unis de ne pas les taxer en décembre (tout un lot de nouveaux produits seront mis sur liste rouge dans quelques semaines) tandis que les États-Unis exigent la venue de Xi Jinping, le président chinois, en Amérique pour signer cet accord. Donald Trump souhaiterait que son homologue se déplace en Iowa, en Alaska ou à Hawaii, ce qui le placerait en position de force. Si ces conditions sont réunies, les représentants américains se montrent confiants quant au bon déroulement des négociations. Dans le cas contraire, tout pourrait encore déraper.

Source : Bloomberg

 

 

Laisser un Commentaire